Comment accompagner l’enfant dans l’apprentissage de la motricité?


La Part de Reve apprentissage motricité

A la naissance, l’enfant n’a pas la notion de son corps, il est pour lui morcelé en différentes parties qui ne sont pas reliées, il ne perçoit pas son corps comme un ensemble, un tout.

L’acquisition de la motricité consiste à apprendre à utiliser son corps afin de se l’approprier pour n’en faire qu’un. Ce développement sera basé principalement sur des expériences motrices.



Anne-Sophie Kellam, Psychomotricienne et Directrice adjointe de la crèche Kids’n Club à Serris (77) nous explique en quoi la motricité est affaire d’équilibre entre stimulation et autonomie de l’enfant. 


Comment se déroule l’apprentissage de la motricité chez l’enfant ?

L’apprentissage de la motricité passe avant tout par les expériences motrices que va vivre l’enfant. Ces expériences contribuent à son développement moteur et à sa construction psychique et sociale Le jeu avec, sa notion de plaisir, est un bon outil pour le faire rentrer en contact avec autrui. Un enfant qui joue, est un enfant qui bouge, parle, pense, imagine, crée et communique.
Le vécu et le ressenti de l’enfant sont deux éléments majeurs dans l’apprentissage de la motricité. C’est pour cela qu’il est important de ne pas le brusquer et de respecter son rythme. Tous les enfants vont passer par des étapes similaires : découvrir leur corps, ramper, s’asseoir, marcher, courir, sauter, grimper… Mais chacun évolue à son rythme !


Quel est le rôle de la crèche dans la construction de cette motricité ?

Nous devons accompagner et encourager les enfants dans leur développement global cela passe notamment par l’observation de leur comportement et de leurs expériences
Par exemple, chez les moyens les enfants aiment tout particulièrement toucher tout ce qui est à leur disposition, jeter, ramasser, déplacer, enlever, vider, remplir, faire du bruit et naturellement tester les limites et s’assurer de la fiabilité des règles.
Tous ces intérêts vont forcément influencer les activités qu’on va leur proposer. Les jeux de transvasement, de manipulation d’instruments de musique, de pâte à sel...
Il n’est pas nécessaire de sur-stimuler l’enfant, il faut simplement l’accompagner dans ses découvertes et le laisser apprendre à se faire confiance.
Alors qu’à la maison, le cadre est connu, en crèche nous devons d’abord le rassurer et instaurer une sécurité affective afin qu’il puisse se charger d’expériences positives pour se évoluer harmonieusement, découvrir son environnement et faire en toute sérénité ses acquisitions motrices.


Quels conseils pouvez-vous donner aux parents en tant que Psychomotricienne?

Les parents sont toujours émerveillés de voir leur enfant s’éveiller à la vie, acquérir de nouveaux savoirs, assister à leurs premiers pas. Parfois fiers de leur progéniture, ils se précipitent dans un repérage précoce des capacités de leur enfant. Pour d’autres parents, l’évolution de leur enfant peut aussi être source d’interrogations : « est-il normal pour son âge ? », « à quel âge va-t-il marcher ?», etc.
Je n’ai pas spécialement de conseil à donner aux parents car c’est eux qui connaissent le mieux leur enfant. J’ai simplement envie de leur dire d’être dans un juste équilibre ! C’est à dire de ne pas sur-solliciter l’enfant, ne pas le brusquer ni le forcer, mais de l’accompagner dans ses expériences en lui laissant le temps nécessaire de se développer et de s’épanouir à son rythme. Faites confiance à votre enfant dans ses tâtonnements et ses progrès et profitez pleinement de ces jeunes années qui passent si vite.


Quel est votre rôle en tant que Psychomotricienne au sein de la crèche ?

Mon rôle au sein de la crèche est multiple, j’interviens :
  • Auprès de la direction pour des échanges autour du projet pédagogique et de son application
  • Auprès des équipes pour les guider et les conseiller dans l’observation du développement de l’enfant.
  • Il est important que les professionnels, qui sont au quotidien avec l’enfant, puissent bénéficier d’une vision globale de la motricité afin d’avoir une meilleure prise en charge de l’enfant. 
  • Auprès des enfants pour des animations d’atelier d’éveil sensori-moteur, de motricité fine, de jeux d’imitation, comptines, massages, etc. Mais aussi pour une prévention des troubles comportementaux ou relationnels.
  • Auprès des parents dans leur besoin de réassurance et de soutien à la parentalité.
  • Auprès des stagiaires pour une transmission du savoir-faire et du savoir-être.


La construction de la motricité chez l’enfant et l’éveil physique sont au cœur de nombreux projets pédagogiques des crèches du réseau La Part de Rêve.
Retrouvez l’ensemble de ces projets directement sur les fiches des établissements La Part de Rêve, dont la liste est ici

Photos ci-dessus, atelier « Baby Gym » à la crèche Contécontine à Bidart 


 

Conception, réalisation : Agence ICOM - communication responsable - Toulouse

Solution de gestion de contenu : Blyss CMS, developpé par Kairn (Toulouse).