L’apprentissage de la propreté en crèche et à la maison


De quelle manière accompagner les enfants sur le chemin de la propreté et comment savoir que le moment est venu ? Quels sont les pièges à éviter ?

Apprentissage propreté en crèche
Certains éléments clés permettent l’accompagnement de l’enfant dans l’une des étapes importantes de son développement, qui se vit plus qu’elle ne s’apprend. 


Le bon moment, en douceur


Chaque enfant évolue à son rythme, mais c’est autour de 2 ans qu’il commence à avoir la capacité à devenir propre.
Avant cet âge l’enfant n’a ni la maturité, ni la capacité physiologique à contrôler ses sphincters. Il est donc inutile de le forcer ou de le brusquer.
Aller contre nature risquerait au contraire de rallonger cette étape, qui prend entre 3 et 6 mois.
L’enfant n’apprend pas la propreté comme il apprend à lire ou à écrire ... il devient propre.
L’adulte, qu’il soit à la maison ou en crèche, est là pour l’accompagner dans cette évolution :
  • En lui apportant des explications sur ce changement. 
    Le corps, pour être en bonne santé et fonctionner normalement, conserve ce dont il a besoin et expulse les déchets. 
  • En choisissant le bon moment. 
    Plutôt l’été ou pendant les vacances par exemple.
  • En s’adaptant à son rythme, tout en l’incitant à changer.
    Positionner par exemple le pot dans les toilettes ou la salle de bain et le laisser y venir naturellement, tout en respectant son intimité.
C’est dans ce rôle d’accompagnateur que se positionnent les professionnels de la Petite Enfance du Groupe La Part de Rêve. Ils veillent à ce que cette étape de la propreté se fasse selon le rythme de chaque enfant et au meilleur moment, en accord avec les parents.


Les conseils pour aller vers la propreté


Les astuces sont multiples, cependant, l’un des enjeux majeurs de cet apprentissage réside dans le fait de laisser chacun aller à son rythme, tout en instaurant un cadre propice.
Pour cela, il est primordial que d’un milieu à un autre, une cohérence existe entre les méthodes adoptées : qu’il soit à la crèche, chez ses grands-parents ou à son domicile.

Quelques exemples :
  • Expliquer l’intérêt de devenir propre sans en faire un sujet récurrent. Une pression trop forte risquerait de le bloquer.
  • Encourager sans en faire trop : la propreté doit être naturelle. Il n’est pas nécessaire qu’elle donne lieu à des applaudissements ou encore des punitions.
  • Instaurer des habitudes et suggérer régulièrement (mais naturellement) à l’enfant de s’asseoir sur son pot. Quelques minutes suffisent, y rester plus de 10 minutes n’est pas nécessaire.
  • Favoriser l’autonomie en utilisant des culottes d’apprentissage et des vêtements faciles à enlever.
Quel que soit leur rythme, il faut accompagner les enfants et s’armer de patience pour cette étape importante et ne pas hésiter à les rassurer lors des petites rechutes !


Témoignage de Séverine André, Directrice de la crèche Petit Jules (13) :

« Notre rôle au sein de la crèche est d’être un relai pour les parents. Lorsque la question est abordée, nous en discutons avec les parents, les accompagnons dans cette étape importante et les aidons à l’anticiper au maximum.
Nous avons la capacité au quotidien d’observer et d’analyser le comportement de chaque enfant : plusieurs signes nous indiquent que le moment est venu de penser à lui proposer le pot :
  • Par exemple, s’il nous informe quand il a fait ses besoins, avant que nous le remarquions, cela signifie qu’il est gêné par sa couche.
  • Lorsque l’enfant commence à dire les mots « pipi » ou « caca » un grand pas est franchi, il commence à comprendre ce qu’il se passe dans son corps.
  • Lorsque nous constatons que l’enfant est capable de monter les escaliers en alternant les deux jambes, c’est que son sphincter est assez développé. L’apprentissage de la propreté ne peut en effet se faire que lorsque l’enfant est physiologiquement prêt, aux alentours de 2 ans. 
Dans l’apprentissage de la propreté il est important d’expliquer aux parents que chaque enfant évolue à son rythme. Il ne faut pas le brusquer, au risque d’entrainer d’éventuels problèmes (constipation,…).
Chaque étape doit être accompagnée d’explications, ne pas hésiter à le féliciter lors de ses premières réussites et ne pas le gronder lorsqu’un oubli se produit.
Pour apprendre la propreté, nous formons ainsi une vraie équipe avec les parents, à qui nous rapportons tous les faits marquants lors de la transmission, en fin de journée. »

. . .

 

Conception, réalisation : Agence ICOM - communication responsable - Toulouse

Solution de gestion de contenu : Blyss CMS, developpé par Kairn (Toulouse).