Le jeu libre en crèche

Le jeu libre chez l’enfant


Pour un enfant le jeu fait partie du quotidien. En crèche ou à la maison, qu’il soit libre ou initié par un adulte, le jeu permet d’apprendre, de partager, de découvrir.
Béatrice Di Maggio, Educateur de Jeunes Enfants au sein de la crèche Tétine et Doudou, à La Destrousse (13), nous explique en quoi le jeu libre est si important pour le développement de l’enfant.

 

En quoi consiste le jeu libre ?

Il peut consister en beaucoup de choses. Par exemple, en extérieur cela peut-être le fait de laisser l’enfant choisir son jouet : un vélo, une voiturette, un camion, etc. En intérieur cela passe par le fait d’aller jouer dans des coins aménagés à cet effet et mis à disposition de l’enfant : le coin poupées, le coin docteur, etc. Mais cela passe aussi par l’investissement de l’enfant dans les jeux qui sont à sa disposition, comme les petites voitures, les jeux de construction, etc.

Quels sont les objectifs du jeu libre ?

Les phases de jeu libre vont permettre à l’enfant d’apprendre l’autonomie et d’acquérir confiance en lui en prenant ses décisions.
Lors des temps de jeu libre l’enfant fait le choix de son jeu, il lui donne le sens qu’il souhaite et laisse libre court à son imagination. Si par exemple il décide de placer sa théière de dinette sur un jeu de construction, il crée sa propre histoire, il faut le laisser faire ! C’est ainsi que se développe la créativité.
En jouant de manière automne il est également confronté à des problèmes qu’il va apprendre à résoudre seul.
Au-delà de l’autonomie et de la notion de confiance que cela apporte à l’enfant, ces temps de jeu libre vont aussi lui permettre de stimuler ses capacités et bien sur sa créativité.
Il est cependant important de rester proche, dans le cas ou l’enfant souhaiterait interagir avec un adulte ou le questionner.


Que mettez-vous en place au sein de la crèche pour favoriser ces jeux libres ?

Au sein de la crèche nous aménageons des espaces dédiés : par exemple les incontournables que sont les coins cuisine, poupée, docteur et garage. La mise en place de ces « coins » permet à l’enfant de développer ce que Jean Piaget appelait « le jeu symbolique ». Ils apprennent notamment la socialisation et favorise le transfert. C’est à dire le fait de reproduire et d’expliquer ce qu’il se passe chez lui, au travers de ces jeux.
Durant ces temps de jeu libre, l’adulte doit être présent de manière bienveillante et discrète. Il peut accompagner l’enfant si celui-ci le sollicite. Par exemple lorsqu’un enfant utilise ces jeux pour apprendre à désigner les objets, l’adulte peut l’aider à formuler les bons mots, le valoriser lorsque celui-ci se retrouve confronter à un problème.
Bien évidemment si un enfant ne souhaite pas participer à un temps de jeu libre, alors nous lui proposons une autre forme d’activité.


Dans la journée d’un enfant, combien de temps représente le jeu libre ?

Lorsqu’il est en crèche tout va dépendre du fonctionnement de l’établissement. Au sein de Tétine et Doudou nous avons plusieurs périodes de temps libre, dont une notamment le matin, au moment de l’accueil. Les enfants arrivent chacun leur tour à partir de 7h30, nous pouvons leur proposer différents jeux ou les laisser choisir tout seul.
Dans tous les cas, ces moments d’autonomie sont essentiels au bon développement de l’enfant, ils représentent donc une grande partie de la journée.


Quels sont vos conseils aux parents ?

Laisser l’enfant libre d’explorer l’endroit où ses jouets se trouvent (sa chambre, la salle de jeux, le salon, etc.). Ensuite il est important de scénariser autant que possible les coins jeux, c’est à dire de disposer les jouets de telle façon que l’enfant ait envie d’y jouer et s’y sente à l’aise.
Il n’est pas nécessaire d’acheter beaucoup de jouets ou des jeux complexes, parfois un objet détourné peut suffire à stimuler l’imagination :
➢ Une feuille de papier peut par exemple servir de chapeau ou encore peut permettre à l’enfant de prendre du plaisir à la déchirer.
➢ Un carton peut devenir une cachette ou un jeu de construction.
➢ Le fameux trousseau de clés peut donner lieu à de longues minutes de jeu chez l’enfant.
Par contre il est important de faire attention à la sécurité en portant un soin particulier aux matériaux des jouets choisis, mais aussi en étant à portée de l’enfant, tout simplement.



Voici quelques informations complémentaires sur le développement cognitif de l’enfant.
Ces deux périodes ont été définies théoriquement par Jean Piaget Philosophe et Psychologue suisse.

De 0 à 2 ans – La période sensori-motrice :

L’intelligence de l’enfant se développe à partir d’expériences concrètes. Les mouvements que l’enfant fait et les sensations qu’il éprouve régissent cette période de sa vie (il découvre que ce qu’il fait avec un objet produit un résultat particulier), il est donc important de pouvoir lui proposer des objets pour le « stimuler ». Attention à ne pas en faire trop non plus.

De 2 à 6 ans – La période pré-opératoire :

L’intelligence de l’enfant s’appuie sur une pensée concrète. L’acquisition progressive du langage favorise cette étape.
A partir de deux ou trois ans, l’enfant développe ce qu’il est convenu d’appeler le « jeu symbolique », qui se construit en grande partie grâce aux coins-jeux.
C’est le premier pas vers l’autonomie, l’enfant vit par le jeu différents rôles de vie, comme celui du parent dans le jeu de la poupée. Il développe également son attention et son langage.
 

Conception, réalisation : Agence ICOM - communication responsable - Toulouse

Solution de gestion de contenu : Blyss CMS, developpé par Kairn (Toulouse).